Aller au contenu

Antigone de Jean Anouilh au théâtre Marni

>
Théâtre Marni (place Flagey)
Rue de Vergnies 25, 1050 Bruxelles

Projet artistique "Antigone" de Jean Anouilh, entre le 7 et 10 avril au théâtre Marni de Bruxelles.

Ajouter au calendrier

Le week-end dernier (7-8-9 et 10 avril), quatre représentations d’ Antigone de Jean Anouilh ont eu lieu au Théâtre Marni dont tous les bénéfices seront reversés à la campagne Urgences Grèce. Les représentations étaient en grec et surtitrées en français.

Le Professeur Englert (Erasme Cooperation) était présent à la première et a présenté la campagne, incité à signer la pétition et vivement remercié la troupe Nota Théâtrale pour cette initiative.  Il était possible avant et après la pièce de signer la pétition et d’acheter des trousses de secours afin de soutenir la campagne.

Antigone de Jean Anouilh au Théâtre Marni

Dans un esprit rebelle, combatif et poétique, la troupe "Nóta Théâtrale" refait son retour cette année afin d'incarner sur scène « Antigone » de Jean Anouilh, symbole intemporel de la contestation du pouvoir, tout en portant seule son destin, tout en veillant sur la bougie de la conscience humaine de tous les temps. Il s'agit d'une adaptation de l'œuvre de Sophocle dans laquelle la politique prend dorénavant le pouvoir des Dieux pour diriger la vie des hommes, des gouverneurs-serviteurs qui disent « oui » à ce devoir, « et on tire dans le tas, sur le premier qui s'avance. Dans le tas ! Cela n'a pas de nom ».

Aux antipodes, une femme se mesure au rationalisme, viole les lois humaines et obéit à sa propre loi-morale!

En 1944, l'écrivain Jean Anouilh et le metteur en scène André Barsacq, dans l'atmosphère sombre de la Seconde Guerre Mondiale dans un Paris qui bout et qui s’étouffe sous la peur et la violence de la botte allemande - transforment le Théâtre de l'Atelier en un berceau d'espoir et de résistance.

Soixante-dix ans plus tard, cette Antigone inconciliable conserve pleinement sa raison de vivre dans notre époque, où les lois délaissent les « Polynices » de nos jours sans enterrement...